Pourquoi un sophrologue vous invite à écrire une vivance ?

De la perception à l’écrit :

Dès le début d’une séance  à après la séance, on pourrait  penser qu’il existe un lien entre la gestion émotionnelle et l’écriture de la vivance (ou expérience de pratique)

Considérons  la retranscription de la phénodescription (description des phénomènes vécus en conscience pendant la séance) comme un travail d’introspection. Le fait de s’astreindre régulièrement à écrire ce que nous avons vécu et ressenti, perçu, compris, intégré, vers quel état d’âme cela nous amène, peut faire office  de travail de clarification (dévoilement de la conscience) et  pourquoi pas avoir un effet  préventif, thérapeutique ou autre.

Ecrire très régulièrement pour transposer ce que nous percevons, même si nous ressentons de l’inconfort ou du désagrément, même si ça ne résout pas  les problèmes, même si ça ne soulage pas instantanément  nos maux, petit à petit cela va nous amener à d’avantage de clarté dans nos états intérieurs.

La confusion étant une des grandes causes de souffrance intérieure, le fait que nous ne comprenons pas ce qui nous arrive, nous amène vers un état instable et parfois douloureux.

L’écriture de soi peut nous aider à mieux penser nos problèmes. Il est facile de penser à nos problèmes et de partir en rumination, mais il est difficile d’écrire en rumination parce qu’on voit que l’écrit répétitif produit  toujours cette  même manifestation  stérile. S’astreindre à écrire son expérience est une façon d’échapper en partie aux ruminations, et de s’orienter ver une voie de résolution.

Poser son esprit ici et maintenant, et  arrêter de faire des choses et juste être ce que nous sommes à l’instant présent. Prendre conscience de comment nous respirons, comment est notre corps, quels sont les sons que nous entendons autour de nous, voir passer nos pensées et nos états d’âme.

Faire ces petites connexions régulièrement nous familiarise avec notre monde intérieur, développe  une capacité de perception  de notre  état de  présence.

L’écrit (qui passera aussi par toutes formes d’expressions)  nous permet de  confirmer le  phénomène de conscience que nous recherchons en sophrologie.

A quoi servent les exercices de stimulation


Chaque degré de la RDC a ses objectifs propres: ceux-ci se composent d’une série d’exercices de concentration, d’imagination et de contemplation.

Dans l’ensemble, l’individu apprend à devenir plus conscient de sa propre personne, à être “sujet” de son corps et de son esprit; il prendra peu à peu les rênes de l’orientation de sa vie, au lieu de s’abandonner à l’influence des automatismes internes et externes, à la tyrannie du matérialisme et de l’urgence quotidienne.

En ce qui concerne les bénéfices corporels, ces exercices réveillent des sensations de vitalité et de relâchement des tensions. Ils procurent un sentiment de sérénité, de bien-être physique et mental qui va permettre de s’éloigner de l’état de stress chronique.

Au niveau mental, ils activent la concentration, la lucidité et la créativité de l’individu, lui permettant ainsi d’échapper aux constantes préoccupations en relation avec la vie  de tous les jours.

En particulier, les exercices qui ont trait aux cinq sens, développent la conscience contemplative, ce qui nous amène à être plus conscients de notre présent et de l’“ici et maintenant”.

Les techniques concernant l’imagination vont aider à anticiper positivement le futur et à récupérer les sentiments positifs du passé susceptibles d’avoir été colorés négativement par une superposition de mauvais souvenirs.

La pratique journalière aidera à calmer les émotions négatives et se chargera de réveiller les émotions positives.

Cet entraînement va tendre progressivement vers la conquête d’une façon différente d’être dans le monde, vers une mutation  de la conscience en une conscience harmonieuse et positive et vers une existence pleine de vitalité qui se caractérisera par une attitude positive de l’individu, envers lui-même et face au monde environnant

La Sophrologie Caycédienne est une méthode utilisant des techniques de relaxation dynamique qui permettent de résoudre différentes problématiques qui déséquilibrent votre vie

Historique

La Sophrologie est mise au point en 1960 par le Dr. Alfonso Caycedo, docteur en médecine et chirurgie, spécialiste en neurologie et psychiatre exerçant à l’Hôpital Clinique de Barcelone et professeur agrégé de psychiatrie de la faculté de médecine de Barcelone.

C’est en 1960, il y a plus de 50 ans, que le jeune Dr. Alfonso Caycedo fait ses débuts dans l’exercice de la psychiatrie à l’Hôpital Provincial de Madrid. Il y est profondément marqué par les méthodes de traitement brutales (électrochocs, comas insuliniques, etc.) parfois employées sans en mesurer toutes les conséquences. C’est ce vécu qui le décide à se consacrer à l’étude de la conscience et à la recherche d’autres formes de thérapie en psychiatrie.

C’est avec une approche résolument médicale et scientifique qu’il crée une nouvelle discipline et sa dénomination de « Sophrologie » d’après les racines grecques SOS-PHREN-LOGOS ou « vivance de la conscience en équilibre ».

Son but est alors d’apporter à ses patients une amélioration de leur qualité de vie.
Au cours des années 60, et toujours poussé par cette motivation, ses voyages le mènent d’Espagne en Suisse où il collabore avec le professeur Binswanger, père de la psychiatrie phénoménologique. Il se plonge également dans l’étude de l’hypnose thérapeutique et des techniques de relaxation développées dans la première moitié du XXème siècle comme « l’Entraînement Autogène » de l’allemand Schultz. C’est cependant en se basant sur les enseignements de son séjour de deux ans en Orient où il s’initie au Yoga, au Bouddhisme tibétain et au Zen japonais et en intégrant et adaptant nombre de leurs techniques fondamentales, qu’il pose les bases de sa méthode: la Sophrologie Caycédienne.

a. Les années de développement

De1967 à 2000 le Dr. Caycedo met progressivement en place les 12 degrés de la Méthode Caycedo qu’il nommera aussi « Relaxation Dynamique de Caycedo ». Bien au-delà d’une simple méthode de relaxation, la Sophrologie Caycédienne propose, grâce à un entraînement régulier permettant la maîtrise progressive de ces niveaux, un chemin vers la conquête d’un véritable équilibre personnel et une vivance profonde de nos valeurs.