On peut appliquer la Sophrologie tant au niveau préventif que thérapeutique :

 

2411780498

Au niveau préventif, elle offre un entraînement destiné à toute personne qui souhaite découvrir, conquérir et développer une conscience sereine et positive ainsi que renforcer les valeurs de son existence. La pratique assidue de la Méthode Caycedo permet une plus grande résistance au stress tout en évitant ou en diminuant les problèmes d’origine psychosomatique, elle augmente ainsi la qualité de vie.

Au niveau thérapeutique, elle apporte aux professionnels de la santé (médecins, psychologues, kinésithérapeutes, infirmiers, etc…) un traitement qui peut être unique ou complémentaire au diagnostic effectué pour chaque patient, en fonction de sa situation.

La Sophro-pédagogieest une branche de la Sophrologie spécialisée dans le domaine de l’éducation de l’apprentissage. Elle s’avère utile dès la petite enfance et au cours de toutes les étapes ultérieures de la vie.

L’enfant et l’adolescent actuels peuvent avoir à affronter de nombreuses difficultés telles que problèmes familiaux, interpersonnels ou scolaires. Il en découle parfois des symptômes physiques (troubles du sommeil, somatisations, changements dans les habitudes alimentaires…) ou émotionnels (changements d’humeur) voire intellectuels (problèmes de l’attention, de la concentration, de la mémoire et de l’apprentissage) ou de socialisation.

Dans ce type de situations le sophrologue concentre son intervention sur la situation concrète de l’enfant ou de l’adolescent et adapte la méthodologie afin de lui donner des techniques qui visent à renforcer ses propres ressources dans son développement personnel et éducatif.

Dès le départ, les élèves apprennent, grâce aux techniques sophrologiques, à développer des stratégies qui vont leur faciliter la reconnaissance de leur état corporel et mental afin d’être capables de conquérir leur propre équilibre et pouvoir évoluer librement et sereinement dans leur vie quotidienne.

On a pu observer les résultats suivants:

Etudes: amélioration de l’attention en classe et à la maison; acquisition de stratégies pour une meilleure mémorisation; meilleurs résultats aux examens et aux présentations orales.

Relaxation: meilleure gestion du stress, contrôle de l’agressivité, de la qualité du sommeil, moins de somatisations et capacité de recourir à la relaxation en cas de tension.

Habitudes de vie: progrès dans la programmation du temps disponible, du maintien de l’ordre interne et externe.

Valeurs personnelles:
amélioration de la force de volonté, de l’optimisme, de l’assurance, de la motivation, de la confiance en soi; attitude plus positive, amélioration des relations interpersonnelles.

En famille:
Meilleure relation parents/enfants. Conscience des priorités et des valeurs de la famille. Amélioration du dialogue familial grâce à la pratique en famille des techniques sophrologiques. Meilleure participation des enfants aux tâches ménagères.

La Sophrologie propose au sportif un entraînement psychophysique élaboré à partir de la Relaxation Dynamique de Caycedo et utilisant en particulier des techniques d’imagination et de programmation. Son efficacité a été démontrée au niveau international par de nombreux athlètes de haut niveau. Pour autant tout sportif intéressé, à quelque niveau que ce soit, peut bénéficier de ces techniques pour optimiser son rendement sportif que ce soit en compétition ou plus simplement dans son entraînement quotidien.

Au-delà des capacités techniques et tactiques, le niveau de toute performance sportive est largement influencé par la connaissance de soi, le contrôle des émotions, la concentration, la motivation et la capacité de persévérance du sportif. Il s’agit d’une dimension sportive tout autant sinon plus importante que la maîtrise technique et qui représente un facteur décisif dans le fait de gagner ou de perdre, de dépasser ou de ne pas dépasser les objectifs fixés.

La Sophrologie est une réponse au sentiment de vide existentiel

L’une des souffrances le plus communément entendue aujourd’hui est le sentiment de vide, de non existence.

Le vécu d’une sensation de dépassement, emporté par un rythme non décidé et créant  des conflits de valeurs, de désaccords.

Lors de la première rencontre s’exprime le désir profond de se poser, de prendre du recul, de se sentir en vie.

Ces phénomènes envahissants sont traduits dans la dépression, exprimée dans un vécu de  destructuration sociale,

familiale, ou psychique. Avec ses manifestations de perte d’estime de soi, des autres, d’absences, de sourdes inquiétudes

dont le bruit de fond s’inscrit obscurcissant nos chemins  de vies dont nous perdons le sens et la direction.

Quoi faire avec cela ?

« …je cherche un médicament que je ne trouverai pas en pharmacie !

je ne suis pas pharmacien et je ne propose pas de molécule, vous avez mal ?

oui j’ai mal à ma vie ! »

La sophrologie est une  antidote à un vide existentiel.

Oui ! si on la considère comme un moyen de prise de contact.Processus qui nous permet  de nous inscrire dans notre propre existence, avec un sentiment de présence à partir duquel nous nous redonnons

une place.

Se repositionner, en s’autorisant à souffler ?

Et si je décidais d’orienter mes actes, mes pensées, mes choix comme j’oriente mon souffle, dans la direction des valeurs qui donnent un sens à ma vie.

La répétition, l’acte d’inscrire dans sa vie la pratique quotidienne permet de renforcer notre sentiment d’exister. Parce que nous apprenons d’abord à nous recentrer

sur notre corps, à percevoir la vie en nous jusque dans nos cellules.

Percevoir nous ouvre la possibilité de faire le choix  (en conscience) d’accepter ce que nous sommes avec confiance.

Ces perceptions développent nos capacités d’observation de distinction  de  l’apparent et  de l’essence et c’est en cela que la sophrologie devient existentielle.

Et c’est pour cela que les personnes qui passent des caps importants de leur existence cherchent avec la sophrologie à négocier un virage existentielle :

avoir 20 ans et quitter pour se dévoiler

approcher ses 50 ans, les dépasser, pour se décider à les vivre vraiment

atteindre la retraite, lâcher pour ressaisir

dépasser  le cap des âges en les considérant  à chaque étape  îles nouvelles à découvrir…

Respirer pour ?

La respiration est essentielle pour notre vie, elle est source de notre existence, et la base de notre santé. Le corps n’a pas la capacité d’emmagasiner l’oxygène. Un arrêt respiratoire de 3 mn est suffisant pour causer des dommages permanents aux organes vitaux comme le cerveau, le coeur, les reins. L’oxygène nourrit nos cellules et nos tissus. Il permet à l’organisme de bien fonctionner.

On respire pour vivre mais on peut aussi respirer pour s’énergiser, réduire son stress. L’avantage à retrouver une respiration profonde et complète pour réduire la tension artérielle entre autres.

On devrait inspirer par le nez, l’air qui passe par les fosses nasales est réchauffé à une température proche de celle du corps. Les fosses sont tapissées de poils et de glandes, elles permettent d’humidifier et de filtrer l’air pour retenir la poussière. Ces glandes produisent du mucus qui contient des substances antibactériennes. Dans les poumons, dans les alvéoles l’oxygène passe dans le sang et il est véhiculé par les globules rouges dans tout le corps. Lorsque l’oxygène est libéré les globules rouges retiennent le gaz carbonique et l’expulsent au moment de l’expiration.

La respiration est un mécanisme autonome, le corps « ajuste » la respiration afin d’équilibrer la concentration et le volume d’oxygène et de gaz carbonique.

Le stress peut nuire  à ce mécanisme. Respirer trop vite et trop profondément amène à éliminer trop de gaz carbonique à la fois, provoquant étourdissements, contractions musculaires, parfois pertes de conscience.

La posture aussi influence la respiration, les tensions dans le haut du corps influencent  celle-ci. Certaines personnes retiennent l’inspiration et expirent à peine, d’autres respirent  en haut du thorax, certaines expirent par  la bouche et trop profondément. Moins bien oxygénés nous tendons à être fatigué.  Une mauvaise oxygénation du sang entraîne des tensions musculaires, douleurs, manque de concentration, maux de tête.

Les exercices de  sophrologie utilisent la respiration comme base de la méthode. La respiration synchronique qui consiste à apprendre à coordonner la respiration permet de fixer notre attention sur notre souffle pour réduire l’activité mentale qui ramène constamment aux pensées « ruminantes ».

La pratique de la sophrologie permet de prendre le temps de s’arrêter, de respirer, de s’entraîner à concentrer le souffle, et très vite on sent le rythme respiratoire ralentir, la tension artérielle diminuer, le niveau de stress s’abaisser.

Diminuer le stress améliore l’état de santé global au-delà des bienfaits physiques, la sophrologie ayant une incidence sur la relation corps esprit, la relation aux autres s’améliore avec l’entraînement. Ce phénomène est reconnu depuis des millénaires par les adeptes de la méditation  dont la sophrologie a puisé ses racines, et qui nous aide à tirer profit de ce mécanisme naturel.