Qualités des services professionnels d’un sophrologue

Tous les patients ou élèves qui pratiquent ont droit à une attention « sophrologique » de qualité scientifique et humaine. Le sophrologue devra s’abstenir de réaliser des activités et des pratiques qui dépassent sa capacité ou qui ne soient pas en rapport avec sa formation professionnelle. Dans les cas nécessaires, il proposera la participation d’autres sophrologues ayant la même compétence nécessaire en la matière. L’exercice de la sophrologie est un service basé sur la connaissance scientifique et l’actualisation permanente.

Les pratiques inspirées du charlatanisme, celles qui manquent de base scientifique ou celles qui proposent des guérisons impossibles ne sont pas éthiques. De même que ne sont ni éthiques, ni déontologiques les procédés illusoires ou insuffisamment démontrés, l’application de traitements simulés ou d’interventions fictives.

Il n’est pas déontologique de faciliter l’utilisation de cabinet ou bureau aux personnes qui ne possèdent pas de titres professionnels ni de formation en sophrologie.

Identifier un sophrologue pour mieux choisir !

C’est autour d’un caducée  spécifique  que  se regroupent les sophrologues Caycédiens Master spécialistes adhérant à la Fédération Mondiale de Sophrologie Caycédienne.

Le sophrologue Caycédien est une personne « physique », diplômée « Master Spécialiste en sophrologie Caycédienne ». Ce diplôme est protégé au niveau international et est décerné par la fondation Alfonso Caycédo à toute personne ayant terminé avec succès les trois cycles de la formation : Master en Sophrologie Caycédienne.

Le Sophrologue Caycédien a le droit d’enseigner la méthode et ses adaptations, individuellement ou collectivement. Il peut travailler en tant que professionnel indépendant ou sous tout autre régime légalement accepté dans le pays où il exerce. Il peut également exercer une autre activité professionnelle (médecin, soins infirmiers, kinésithérapeute, enseignant…) dans le cadre de laquelle il peut appliquer la méthode Caycédo à des fins prophylactiques, pédagogiques, thérapeutiques en accord avec sa formation et ses diplômes. Comment en savoir plus en se connectant sur le site de la Fédération Mondiale de Sophrologie Caycédienne  http://www.sophrologie-caycédienne.com

C’est quoi un Sophrologue ?

C’est vrai ça ! que répondre… je suis sophrologue, je suis celle qui avec la voix de mon être qu’elle soit audible ou non audible (elle n’en est jamais silencieuse!) va

faire un bout de chemin à côté de l’autre, pour l’aider à  éclairer sa conscience. Un mouvement de lumière porté sur soi, puis sur le monde, un mouvement qui commence »tout petit » pour s’élargir à plus grand !

Ok tout le monde n’aime pas la métaphore.

Le sophrologue est un artisan de la conscience pour avoir lui-même développé sa capacité de  prendre la sienne  en main,  il guidera l’autre à en faire de même.

Grâce à des techniques respiratoires, corporelles, concentratives, entraînant la conscience à se diriger où chacun le  désire, où vers ce qui est jugé  utile pour soi, bref à  développer son libre arbitre.

Donc aucune subordination de l’un à l’autre, simplement un homme ou une femme qui transmet des techniques extrêmement concrètes, pratiques, adaptables destinées à permettre à celui ou celle qu’il accompagne  de se dévoiler à lui-même.

Dévoiler sa capacité  » à être » pendant un moment et qui peut durer  d’une fraction de seconde à tout le reste de sa vie.

Plus précisément :

Etre en état de perception de soi sans forcément ruminer sur ce que nous pourrions être « de différent »!

Cette perception passe par le mouvement de la respiration, le corps, son état mental au moment de la pratique, pour développer ensuite la possibilité de revenir sur ses pensées, les accueillir pour mieux les repositionner, les souvenirs, les projets…dans ces trois petits points il y a aussi de la gestion de problématiques reliées au mal être de notre siècle et aussi et surtout  la possibilité de développement personnel,  car la sophrologie apaise et  renforce, elle réconcilie et construit.

Est ce si compliqué d’envisager que commencer par la perception du corps, vivre  l’émanation de son énergie puisse nous mener à la perception de notre conscience ?

Conscience de soi, présent, passé, futur pour renforcer la perception d’une autre énergie, une force qui nous permet de nous mettre en mouvement dans notre vie pour nous inscrire dans un mouvement plus grand que nous, portés par des valeurs auxquelles nous tenons !

et si nous n’y  avions jamais pensé, nous y mettre c’est possible à tout âge.

D’un outil de développement personnel, si elle  est pratiquée  correctement , elle  devient un véritable « déploiement interpersonnel »!

Le travail concentratif  pratiqué pendant les séances a valeur évidemment de capacités contemplatives et méditatives avec l’entraînement, et personne ne renie le fait que la sophrologie s’inspire d’expériences millénaires, elle en a pris le meilleur !

Simplement comme toute méthode vous pouvez vous en tenir à l’écorce et pratiquer la sophrologie comme  de la relaxation avec des techniques de bases qui peuvent être très intéressantes ou choisir d’ approfondir  la maîtrise des techniques avec l’accompagnement d’un vrai professionnel   pour profiter encore plus de sa richesse et obtenir des résultats.

C’est l’intention que nous portons à la pratique qui permet  les changements avec la sophrologie,

le sophrologue  riche en outil d’une grande puissance, est avant tout un professionnel  bien intentionné !!!

La sophrologie pour Qui, pour Quoi ?

Pour soi, pour l’autre, pour mieux vivre ensemble.

Dans le cadre d’un accompagnement pour les Aidés et les Aidants familiaux ou professionnels, le sophrologue peut travailler et développer la nature « éco systémique » du coupe Aidé/Aidant grâce à la Sophrologie.  La méthode permet de travailler la conscience du corps pour une meilleure conscience de soi et de ses limites. D’apprendre la parenthèse,  pour ressentir sa capacité à se percevoir sans jugement, ni à priori. Les techniques spécifiques développent les capacités à anticiper et canaliser ses émotions.
Un accompagnement en sophrologie intègre l’organisation des étapes  de l’aide, pour mieux faire face aux situations de crises et prévenir l’état de stress. La prévention et la gestion du stress sont une des nombreuses problématiques  traitées par la sophrologie. Dans la réalité des Aidés et des Aidants familiaux ou professionnels en acceptant de vivre les sensations internes positives  physiques puis psychiques nous pouvons faire le choix de stimuler et renforcer notre capacité à contrôler nos états internes et aussi nos relations au monde qui nous entoure.

Notre présence au monde s’exprime par notre posture

Chaque posture porte une intention en sophrologie. L’intention d’activer toujours nos perceptions,  notre conscience.

En sophrologie, 5 postures seront utilisées :

la posture 1er degré : debout, la plante des pieds en contact avec le sol, les mains posées sur le bas ventre. Cette posture favorise la prise de conscience de l’ancrage, la présence de soi et au monde. Le simple fait de vivre sa verticalité permet de prendre conscience de son humanité. Le fait de sentir la gravité, le poids de notre corps qui descend vers le sol, nous donne une réalité (dite objective en sophro) de notre « état d’humain », en quelque sorte c’est une posture qui révèle la dignité de notre condition !

la posture de 2ème degré : posé confortablement sur un siège dans le ressenti de tous les appuis du corps. Elle permet un état de détente et renforce l’étape de la pause d’intégration  après chaque stimulation (ou activation).

la posture du 3ème degré : en avant sur la chaise, assis sur les ischions, les pieds légèrement en retrait sous la chaises, les pointes ancrées et les talons décollés, les poings fermés sur le bas ventre. Elle est inspirée d’une posture du Zen. Elle donne un éveil cortical tout en réveillant la présence du squelette. Utilisée pour les techniques d’activation de la mémoire.

la posture du 4ème degré : debout, pieds ancrés au sol et légèrement écartés, bras à la verticale, ouverts paumes vers le ciel. Elle éveille l’ouverture au monde et rend possible la capacité de canaliser en soi, de rentrer dans une conscience réceptive au monde, elle peut se vivre assis.

la posture Isocay : assis à l’avant de la chaise, les pieds bien ancrés sur le sol. Elle se vit en trois étapes, le dos arrondi et relâché, les avants bras posés sur les cuisses, toujours en prenant conscience de la forme du corps dans la posture et de l’état interne qu’elle génère, ensuite tension, les mains posées sur les genoux, inspiration, douce rétention d’air, expiration, pour  vivre un moment d’intégration de ce que la posture inspire au corps, à la conscience  dans  le relâchement,les mains posées à l’intérieur des cuisses dans une posture de détente, le dos droit sans contraction. Posture qui permet de vivre en trois mouvements une activation de la présence du corps, de stimulation (par la respiration et  la tension), de la conscience au moment de l’intégration dans la détente.

 

La sophrologie pour développer sa perception de la réalité

Le but de la pratique est de vivre davantage dans la situation présente, là où nous nous trouvons, de nous adapter de façon plus adéquate aux différentes situations et de mieux satisfaire l’expression de nos propres besoins. Il est nécessaire que le sophrologue pratique lui-même la méthode proposée dans une optique de développement personnel et pour percevoir l’état de sa propre conscience (émotion, tension, ressource, capacité…).